Métiers du son

Le « product sound design »

La sonorité des produits est omniprésente. Notre réaction émotionnelle aux sons générés par les produits révèle naturellement quelque chose sur les bruits produits, mais aussi sur notre comportement vis-à-vis des produits. Nous n’entendons pas uniquement avec les oreilles.
Bienvenue dans le monde merveilleux du product sound design.


Plus silencieux n’est pas toujours un mieux.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le design sonore des produits n’a pas pour but de rendre un produit le plus silencieux possible (même si ça peut parfois être le cas, par exemple pour des aspirateurs, des ventilateurs ou des ordinateurs). Le son peut en effet transmettre des informations importantes.
Une machine à laver tellement silencieuse que vous ne pouvez détecter si le cycle de lavage est terminé ou pas n’est pas pratique car vous pourriez abîmer la porte en voulant l’ouvrir alors qu’elle tourne encore.
D’ici 2019, toutes les voitures électriques devront également produire du bruit à faible vitesse pour que les piétons et les cyclistes puissent les entendre, car la situation actuelle est tout simplement dangereuse.

‘Bouf’ ou ‘clic’ ?

Un son bien conçu n’apporte pas qu’une information utile sur le fonctionnement d’un produit. L’industrie automobile a compris depuis bien longtemps que la sonorité faisait partie des facteurs
influençant la perception. Le son doit correspondre aux attentes des utilisateurs et à leur expérience sonore. Une voiture sportive se doit bien entendu d’avoir de jolies courbes, mais aussi de produire un bruit à cette image.

Chez BMW, par exemple, les moteurs des modèles sportifs ont une autre sonorité que celle des limousines haut de gamme, qui est également différente de celle des SUV. En tant que propriétaire d’une voiture chère, vous vous attendez à ce que les portières se referment avec un ‘bouf’ lourd. Vous seriez en effet surpris d’entendre un ‘clic’ de boîte de conserve.
Pourtant, dans l’absolu, ce ne serait que logique puisque les portes de voitures sont produites à partir d’acier plat. Mais en jouant sur toute une série de détails subtils, comme l’isolation et la conception des serrures des portières, les constructeurs de voitures de luxe parviennent à moduler le bruit des portières.

Il existe également une multitude d’exemples de bruits ajoutés artificiellement. Certains constructeurs automobiles boostent le bruit du moteur de leurs roadsters de manière artificielle pour donner l’impression d’une conduite encore plus sportive. Et l’appareil photo de votre smartphone n’est pas un modèle reflex, pourtant il produit le même bruit.

Le contexte dans lequel un bruit est produit est également important.
La sonorité d’une machine à expresso – d’abord le café qui passe puis le sifflement du lait fouetté – est relativement bruyante.
Mais vous ne trouverez pas ces bruits dérangeants dans un salon de thé. Que du contraire, ces bruits participent à l’ambiance de chaleur et de convivialité que vous associez immédiatement à une bonne tasse de café.

Paradoxe

La sonorité est également liée à l’identité d’un produit ou d’une marque. Prenez une Harley- Davidson : son moteur V-Twin produit un bruit qui fait non seulement trembler le sol mais que l’on
reconnaît aussi les yeux fermés. Cet exemple nous amène aussi à un paradoxe : comment expliquer que les gens associent un bruit a priori désagréable – comme celui d’un moteur ou d’une machine à expresso – à une expérience positive?
Selon Elif Özcan, la raison est qu’ils l’associent à une situation agréable durant laquelle le bruit est produit. Elle appelle ce phénomène l’effet Harley. Elif est assistant professor à la TU Delft et étudie la perception de la sonorité des produits auprès des consommateurs.
« Il est difficile de prédire la réaction d’un utilisateur sur la base des caractéristiques psycho-acoustiques d’un bruit. Les circonstances, le contexte, l’humeur et de nombreux autres facteurs influencent la perception d’un bruit. »

Il arrive que des sons soient ajoutés à des produits. L’appareil photo de votre smartphone n’est pas un modèle reflex, pourtant il produit le même bruit.

Tout est question de contexte

Le travail d’Elif apporte au product sound design une base académique et ses conclusions peuvent aider les designers et fabricants en matière de design sensoriel. Ses travaux ont démontré que le contexte est important en termes de reconnaissance des bruits. « Des cobayes ne reconnaissaient pas le bruit d’une brosse à dents électrique sans contexte, mais ils y parvenaient dès qu’on leur présentait une photo de salle de bains ou de tube de dentifrice. » Pour l’appréciation du son aussi, le contexte est important. Un bruit que l’on ne parvient pas à identifier est plus rapidement
perçu comme irritant. Des études ont également montré qu’un son sur lequel on peut exercer un contrôle ou qui apporte une information est moins dérangeant. Les piétons sont irrités par le bruit des moteurs, pas les motards. Et votre tondeuse paraît toujours plus silencieuse que celle du voisin.

Toujours plus silencieux ? Une machine à laver tellement silencieuse que vous ne pouvez détecter si le cycle de lavage est terminé ou pas n’est pas pratique car vous pourriez abîmer la porte en voulant l’ouvrir alors qu’elle tourne encore.

Manipulation de l’expérience sonore

« Lorsqu’un bruit est lié à un produit concret et à un objectif, il est jugé différemment », selon Elif. « Un sifflement puissant dérange les gens, mais pas lorsqu’ils savent qu’il provient d’une machine à expresso et qu’ils visualisent déjà leur tasse de café. Plus votre approche à l’égard de la fonction du produit est positive, plus le son sera agréable… à vos yeux. »

La sonorité est donc liée au contexte, ce que le marketing et la publicité exploitent habilement en donnant forme au contexte. Une Harley – Davidson électrique serait en cours de développement, la LiveWire. Elle produirait un bruit semblable au décollage d’un avion. Il est peu probable qu’un public soit en demande d’un tel produit – en tout cas certainement pas les invétérés d’Harley.
Mais les spécialistes du marketing parviendront peut-être à convaincre suffisamment d’acheteurs potentiels. En fin de compte, ils sont bien parvenus à rendre ‘sexy’ une machine à expresso relativement bruyante.

 

You may also like