Audition

La Langue des Signes Française

La LSF est actuellement pratiquée par plusieurs milliers de personnes en France. Elle est une langue au même titre que les langues parlées comme le Français ou l’Anglais. Cependant, elle n’est que peu répandue. Aujourd’hui, nous comptons plus de personnes sourdes que de personnes pratiquant la LSF. Pourquoi d’après vous ?


Et bien, savez-vous que la langue des Signes a été interdite jusque dans les années 70 !

Il a fallu attendre :

  • 1977 pour que la loi interdisant la LSF soit retirée,
  • 1991 pour que la loi Fabius favorise le choix d’une éducation bilingue pour les sourds,
  • 2005 pour que la langue des signes soit une langue reconnue dans un texte de loi !

Avant les années 70, on considérait que les sourds devaient apprendre à parler pour s’intégrer dans la société et tous les enfants sourds devaient aller en classe pour tenter d’écouter et surtout comprendre par eux-mêmes les instituteurs. Incroyable ! Mais vrai.

M. Pomata - Responsable "Autrement Dit"

Nous avons rencontré Monsieur Pomata, Responsable du Pôle Conseil et Développement d' »Autrement Dit » organisme de formation agrée et société au projet coopératif-citoyen (SCOP) spécialisée dans le handicap auditif et aidant les particuliers et entreprises dans leurs démarches quotidiennes (aide et accompagnement sur-mesure).

Cette rencontre nous a permis de mieux comprendre cette langue que nous pouvons même qualifier de culture à part entière.

Tout d’abord, pour bien appréhender la LSF, il faut savoir qu’elle est constituée de plusieurs paramètres : positions des doigts et de la main, mouvements, emplacement et expressions du visage. Elle dispose d’une syntaxe propre (lieu, personnage, action) et d’une grammaire bien à elle.

Au quotidien, pour désigner une personne, les sourds utilisent des « prénoms signes ».

Cette méthode leur évite de signer chaque lettre du prénom. Ce « prénom signe » peut être un trait de caractère, un signe distinctif physique (grain de beauté), une expression quotidienne (sourire). Les personnes sourdes fonctionnent de même pour le nom des villes françaises. Par exemple, pour désigner Marseille, son signe est le « Savon » ; pour Toulouse, c’est la « Brique » ; Paris, « la Tour Eiffel »…

 

Mais attention les signes peuvent être différents d’une ville à une autre.

A Toulouse, par exemple, pour désigner une maman, on fait une caresse sur la joue. A Paris : on met la main sur le ventre. Ces variantes de langage existent également en langue française « parlé ». Par exemple à Paris, nous demandons dans une boulangerie : un pain au chocolat ; alors qu’à Toulouse, c’est une chocolatine.

Plus nous creusons nos recherches et plus nous nous rendons compte que la LSF nous est presque inconnue à nous, les « entendants ».

Aussi, il faut savoir que la LSF utilise une méthode directe et très raccourcie, qui peut de temps en temps choquer et/ou entrainer des quiproquos. Certaines personnes prennent le temps, d’autres moins… Certains vont même jusqu’à apprendre la LSF pour communiquer avec un ami, une personne de leur famille. Restons patients et soyons à l’écoute, car avant de maitriser la LSF, pas moins de 600 heures de formation sont nécessaires pour devenir bilingue !

Pour suivre une formation et/ou demander une prestation sur-mesure, contactez :

Autrement Dit
1, impasse André Lartigue 31500 Toulouse
Téléphone : 09 83 24 14 11 ou 07 60 99 80 80 (SMS uniquement)
Email : contact@autrement-dit.eu

You may also like