Découverte

Bruiteur : un des métiers les plus oubliés du monde de la création sonore

Produire manuellement ou mécaniquement des bruits pour le cinéma, la production audiovisuelle ou l’animation … Cela vous parle ? Garant de l’adéquation des sons qu’il crée et interprète par rapport à l’image, le bruiteur est tout autant un spécialiste des effets sonores qu’un professionnel bénéficiant d’une sensibilité artistique.

L’histoire du métier de bruiteur : un mélange parfait de vérité et de spectacle.

Si nous remontons le temps, les sons au cinéma sont d’abord ceux du public, d’un conférencier, d’un musicien, d’un phonographe ou ceux de l’extérieur. Plus tard, on entend les sons produits par les premiers systèmes de synchronisation, puis les grands orchestres des salles de prestige.

Le cinéma parlant se généralise au tournant des années 1930, mais le son du cinéma évolue encore : stéréo, son direct léger, Dolby, numérique… L’industrie adopte ces procédés, que certains cinéastes et artisans du son s’approprient pour inventer de nouvelles formes audio-visuelles.

Dans les années 2000, le métier évolue vers le « bruiteur » tel qu’on le connait aujourd’hui, grâce à de nouvelles techniques sonores. La plupart des bruitages de film sont (re)produits en auditorium afin que chaque élément soit repéré à l’oreille (exemples : sons des armes, des objets déplacés…)

« Le bruit », cet ensemble de sons produits par des vibrations plus ou moins irrégulières, perceptibles par l’ouïe, n’est pas forcément synonyme de « confus ».

L’objectif du bruiteur est de trouver le bruitage le plus près possible du bruit recherché, c’est-à-dire un bruitage réaliste, ou, au contraire, de rechercher un bruitage insolite, par exemple pour les dessins animés ou pour les effets. Le plus difficile est en fait de produire des sons crédibles ayant l’air naturel. Un bon bruitage doit parfaitement s’intégrer aux autres sons du direct ou du montage.

Le bruiteur est sollicité par une équipe de production ou un studio de post-synchronisation pour participer à la réalisation d’un projet audiovisuel. Selon qu’il s’agisse d’une production radiophonique ou d’une production audiovisuelle (cinéma, animation, télévision …), le bruiteur exerce son métier artistique de façon différente. Pour préparer son travail, le bruiteur visionne le montage d’un film. Il détermine l’équipement et les techniques les plus adaptées au type de bruitage qu’il doit exécuter.

Beaucoup de « bruits » ne sont pas enregistrés de manière « authentique » lors des prises de son au tournage. Le preneur de son se concentre davantage sur l’enregistrement des voix des comédiens que sur certains détails de l’action produisant des bruits. Ce sont ces sons mal restitués par l’enregistrement du « son direct » que le bruiteur s’efforce de créer. Une fois que le bruiteur sait quels sons il doit produire, il choisit une méthode de fabrication.

Le savoir-faire d’un bruiteur, c’est de savoir utiliser tout type d’objets pour produire les sons les plus divers. Ce métier nécessite à la fois une grande expérience, un esprit curieux et ludique mais aussi la transmission du savoir-faire entre les « générations » de bruiteurs. Il s’agit d’un métier ludique et artisanal, qui est avant tout une affaire d’imagination. Le bruitage demande des qualités d’écoute, d’observation, de concentration, et développe l’imagination et la créativité. Le bruiteur a besoin de la collaboration d’un ingénieur du son en studio pour enregistrer les sons recréés.

« Ce que vous voyez n’est pas forcément ce que vous entendez »

Pour admirer et écouter tous les talents du métier de bruiteur, découvrez le court-métrage plusieurs fois récompensé au Berlin Fashion Film Festival 2015 « The Foley Artist » (le Bruiteur). De l’inventivité, de la poésie, un zeste d’humour … : https://vimeo.com/124053378

You may also like